Sortir des représentations

Le thème astrologique est une image symbolique de nous-mêmes. Nous l’interprétons et le vivons en fonction de notre représentation de la vie, et en fonction de ce à quoi nous nous identifions.
Est-il possible, grâce au symbolisme astrologique, de sortir des représentations que nous avons de la vie et sur nous-même ?

Si nous nous identifions à la personne qu’on est, nous allons interpréter le thème en fonction de cela, et y chercher une description du caractère, du comportement de cette personne.
Si nous nous identifions à la psyché ou que nous croyions à la psychologie, nous allons trouver dans le thème différents arrangements, qui définissent une dynamique entre les fonctions qui nous composent.
Si nous nous identifions à l’âme, nous allons chercher dans le thème d’où elle vient et où elle va, et comment elle évolue.

Tout ce qu’on cherche dans le thème correspond à notre façon de voir la vie et de nous voir nous même. Nous analysons, expliquons, interprétons le thème en fonction du modèle du monde et de l’humain qui nous correspond.
Le thème est alors un miroir de ce à quoi l’on croit.
Miroir de nous même, mais calqué et plaqué sur un modèle qui se trouve là en arrière plan, et nous sert de trame, d’échafaudage, de matrice? et de justification !
En effet, il est rassurant pour l’humain de voir que sa manière d’être colle parfaitement au modèle auquel il adhère. Il s’y sent en sécurité, protégé, justifié dans ses actes et ses comportements, dans ses croyances. Ainsi se développent des approches différentes, des écoles, des philosophies auquel certains adhèrent, en fonction de ce qu’ils reconnaissent en eux.

Est-il réellement possible de sortir de toutes ces représentations, qui finalement ne sont que passagères au niveau de l’univers, et qui pourtant deviennent pour la plupart d’entre nous des lois incontournables ?
L’humain est-il contraint d’adapter sa vision à des croyances établies, des idées à la mode, une soi-disant évolution sociale, culturelle, ou encore spirituelle ?
Pouvons-nous réellement sortir de tout cela, et percevoir le monde et nous-même sans ces représentations ?

Tant que nous restons enfermés dans un moule de croyances et d’idées, nous sommes au chaud entrain de cuire lentement à petit feu, et nous durcir. Tout ce que nous faisons, pensons, ressentons, exprimons se trouve empaqueté dans un ensemble étiqueté, qui correspond à notre manière de voir la vie.
Cela n’est ni bien ni mal, cela existe.
Mais pour celui ou celle qui cherche au-delà, celui ou celle qui a déjà perçu qu’il n’est pas tout cela, l’astrologie peut-elle apporter des éléments ?

Peut-être serait-il plus clair de revenir un moment sur ce qu’il y a au-delà des croyances, au-delà du mental. Les mots ne peuvent pas le dire, car les mots sont eux-mêmes un prolongement des idées. Pour voir ce qu’il y a au-delà du mental, il faut l’expérimenter : repousser le voile mental, le laisser tomber, et voir ce qui est derrière. Tant que les mots peuvent encore le décrire, alors il y a toujours un voile. Et quand tout voile a disparu, qu’y a-t-il ?
Chacun peut en faire l’expérience, et observer ce qu’il y a derrière, et s’il y a toujours une identification à la personne qu’on est, à l’âme qu’on est, à l’ambition qu’on a, aux désirs, actions, volonté, croyances?
Que reste-t-il quand on ne regarde plus le monde et soi-même à travers le filtre mental de nos représentations ? Existons-nous toujours ?
Quelque chose à quoi on peut encore s’identifier existe-t-il toujours ?
Où n’y a-t-il que le regard clair de la conscience qui observe ?

Celui ou celle qui s’identifie à ce qu’il croit être, cet ensemble complexe du psychisme, ces émotions, ces pensées, ou même cette âme venue d’autres vies et qui glisserait d’incarnation en incarnation pour suivre un chemin programmé et tracé, peut chercher et trouver des réponses dans les multiples développements psychologiques, philosophiques, initiatiques déjà proposés en astrologie.
Mais celui qui voit clairement qu’il n’est pas cela, a-t-il encore besoin de l’astrologie pour le guider ou justifier son existence ?
L’astrologie n’est-elle qu’une complication supplémentaire qui vient ternir un peu plus le filtre qu’on pose sur soi-même ?

Il n’est pas question ici de dénigrer l’astrologie, ni de la nier, car la personne que je suis est tombée en astrologie depuis longtemps. Pourquoi plus l’astrologie que la culture biologique des choux-fleurs ? On pourrait l’expliquer astrologiquement et psychologiquement sans doute? mais toujours est-il que l’astrologie est là.
Y aurait-il un moyen de trouver dans le symbolisme astrologique, une voie, un chemin, une ouverture qui permette d’aller au-delà des représentations ? Un modèle symbolique peut-il être assez puissant pour permettre à l’humain d’en sortir ?

Alexandra Lach, octobre 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *