Quand Rudhyar parle du thème astrologique

Interpreting a Birth Chart as a WholeLe 6e livret de la série Astrology series publiée entre 1969 et 1973 par Dane Rudhyar s’intitule Interpreting a birth chart as a whole (Interpréter un thème astrologique comme un tout). Dans le premier chapitre Rudhyar explique l’attitude que devrait avoir toute personne souhaitant interpréter un thème dans l’approche humaniste.

« En vérité, un thème monté pour une date particulière dans un lieu sur la surface de la Terre dépeint pour nous le caractère archétypique de tout ce qui est né à ce moment en ce lieu. Mais en astrologie natale, du moins du point de vue humaniste, nous avons affaire avec des personnes vivantes qui ressentent des émotions et se développent, et pas simplement à des formes abstraites. De la même manière, un analyste jungien face à un client qui lui parle d’un rêve révélateur, ne traite pas avec l’archétype de la « mère dévorante » ou de « l’amoureux idéal », mais avec une personne dont la psyché a atteint un stade dans son développement où elle s’est accordée à ces grandes images inhérentes à la nature humaine, comme nous le savons aujourd’hui. »

*** Ruperti disait la même chose d’une manière plus imagée. Lorsqu’on a un thème devant les yeux, il peut s’agir du thème d’une personne, du thème d’une vache, d’un chien, d’une table ou de n’importe quoi. La différence avec le thème d’une personne, c’est que cette personne est la mieux placée pour en parler.

« Pour ces raisons et d’autres il serait facile de comprendre ma réticence à discuter « dans l’abstrait » d’un thème natal particulier sans être confronté à la personne particulière qui a ces besoins particuliers. Si je le faisais, alors je serai en fait entrain de dire au lecteur intéressé par l’astrologie humaniste comment il pourrait étudier et interpréter n’importe quel thème natal à n’importe quel moment. Alors, fondamentalement, chaque situation vécue mettant en présence l’interprète et le thème natal d’une personne particulière nécessite une approche particulière. La tragédie de notre civilisation moderne, perdue dans les dunes de sables d’un intellectualisme inflexible, est qu’elle s’occupe la plupart du temps d’entités abstraites et de modèles intellectuels proposant des situations que l’on doit rencontrer si l’on suit des manuels d’instructions préconçus, avec une tolérance d’erreur statistique minimale. On peut accomplir beaucoup en suivant cette approche ; mais ce type d’accomplissement est matérialiste ou du moins ego-centré. Vous accomplissez ce que votre ego impatient est intellectuellement désireux d’accomplir. »

*** Il me fait rire Rudhyar : « Les dune de sable d’un intellectualisme inflexible » ! Aurait-il comme tant d’autres apprentis astrologues, perdu pied dans les livres d’astrologie proposant des recettes toutes faites ?

« Quand l’homme accepte cette manière de faire les choses, il ne peut jamais dépasser les limites de son ego et des stéréotypes officiels de sa société. Il joue au golf avec la lune – quel accomplissement caractéristique, où qu’il aille il ne trouve que l’image de la sécheresse de son ego et des modèles mécaniques qu’il a fait des fonctions de son corps. Parce que la plupart des gens aujourd’hui veulent savoir comment faire chaque chose, ils ne peuvent pas sortir du cercle de leur propre concept de « faire ». Voilà pourquoi nous observons aujourd’hui une vive réaction contre la mise en place de situations standardisées et une ardeur à ce que chacun ouvre très grand sa conscience – bien souvent trop grand, par compensation ! – vers l’irrationnel et l’aléatoire. »

*** Dans Les cycles du devenir, Ruperti dit : « l’astrologue doit réaliser que le problème de base pour la plupart des gens réside dans le fait qu’ils ne savent jamais ce qu’ils devraient faire ». La croissance en maturité de la personne est l’un des objectifs principaux de l’astrologie humaniste.

« Il existe une voie du milieu. On peut dire à un étudiant ce qu’il est préférable de faire en principe et dans la plupart des cas – comment commencer lors de cas normaux, et ce qu’il vaut mieux ne pas oublier. Mais ces directions devraient être apprises dans l’ordre assez tôt avant de pouvoir les oublier consciemment, afin de ne retenir que la faculté d’aller vers ce qui est essentiel en toute situation particulière. »

*** Plus simplement, cela signifie lâcher les manuels d’astrologie qui prétendent apprendre à l’étudiant une multitude de données qu’il ne saura même pas utiliser lorsqu’il sera confronté à une situation inhabituelle. Alors dans l’ordre je retiens 1) tenir compte de la personne particulière pour qui on étudie le thème, 2) aller vers ce qui est essentiel dans une situation donnée.

Les textes entre guillemets sont extraits de Interpreting a birth chart as a whole, Dane Rudhyar, CSA Press, 1971, pages 5 à 7.

Présentation des livrets Astrology series.

Alexandra Lach, avril 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *